Loading

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

menu
Accueil | Sante | Sante des jeunes | 16 novembre 2010 | atelier 02
journÉe d’information et de rÉflexion du 16 novembre 2010

Atelier 2 - Sexualité à risque, grossesse précoce,
désir d’enfant ou non

Cet atelier a été animé par Claude GIORDANELLA, directrice du CODES 91. Est intervenue : Valérie LEDOUR, conseillère technique en gynéco-obstétrique à la PMI du Conseil Général de l’Essonne.

Les parents et la sexualité de leur enfant :

  • La représentation de la sexualité des enfants est très souvent liée à la culture des familles.
  • La question de la sexualité renvoie aux parents une certaine image de leur enfant qu’ils refusent de voir et les changements du corps de celui-ci.
  • Les risques de grossesse ou les Interruptions Volontaires de Grossesse ont des répercussions sur l’entourage des jeunes filles.
  • Enfin, il est préférable que les échanges autour de la sexualité du jeune se fassent avec un tiers plutôt qu’avec les parents (pour exemple seulement 20% des filles préviennent leurs parents de leurs rendez-vous gynécologiques).

Représentation de l’acte sexuel chez les jeunes garçons :

  • Il n’y a pas de rite de passage pour les garçons. L’entrée dans la sexualité se fait généralement par la pornographie.
  • Les discussions avec eux laissent cependant vite apparaître le sentiment amoureux et affectif.
  • La notion de performance sexuelle est très présente dans leurs discussions et peut être traumatisante pour certains. Cela peut avoir une incidence sur leurs représentations de l’acte sexuel et influer sur leurs comportements vis-à-vis du genre féminin.

Sexualité des jeunes filles et grossesse précoce :

  • Les filles sont rapidement confrontées à la sexualité avec leurs premières règles. Cela peut d’ailleurs constituer un rite de passage.
  • Certaines filles qui vivent bien leur sexualité peuvent être mal considérées dans leur cité (comportement non conforme aux codes et normes du quartier).
  • La maternité précoce peut constituer pour certaines d’entres elles la possibilité d’accéder à un statut social et cacher de nombreuses problématiques sociales et psychologiques. De fait, la question du devenir de l’enfant se pose rapidement.
  • La grossesse précoce peut également être le marqueur d’une difficulté à se projeter dans l’avenir, notamment pour les filles issues de l’immigration et nouvellement arrivées sur le territoire national.

Les différentes propositions retenues par les participants de l’atelier sont :

  • Renforcer les actions autour de l’image de la Femme et des jeunes filles afin de démontrer qu’elles peuvent être autre chose que des mamans pour prétendre à une place sociale
  • Travailler autour de l’égalité Femme/Homme et des représentations de genre
  • Améliorer le positionnement du professionnel dans l’accompagnement des jeunes

Cela pose la question du travail en réseau entre professionnels.

  • Prendre en considération la notion de temps dans le cadre d’actions de promotion de la santé
  • Traiter d’abord les besoins directs des bénéficiaires (ce qui n’empêche pas de commencer par des thématiques moins sensibles)
  • Ouvrir des espaces d’écoute autour de la sexualité dédiés aux garçons

Nos remerciements à tous ceux qui ont contribué à ces échanges et à l’élaboration des différentes propositions.

ACTU
NOVEMBRE 2015

Le CGET présente une étude sur l'impact des offres de soin grâce à l'installation de maisons et de pôles santé dans les territoires

La « Revue d’économie régionale et urbaine » publie une première évaluation de l’impact de l’installation des maisons et pôles de santé, en France. Les résultats mettent en évidence une implantation ...

Document sans nom
.