Logo CRPVE
N°41
Expression
Ville
octobre - novembre 2015
édito
Prendre en considération la condition parentale de tous.

Les parents ont longtemps été mis à l’écart des institutions éducatives et notamment, dès sa généralisation à la fin du 19ème siècle, de l’Ecole publique. Il s’agissait d’instaurer entre enseignants et parents une série de barrières symboliques et physiques et de considérer l’enfant uniquement comme « élève » .

Depuis, l’enfant est appréhendé comme une personne globale qui s’enrichit des différents espaces-temps éducatifs, en premier lieu familiaux, qu’il traverse du matin au soir, du lundi au dimanche, de janvier à décembre et de sa naissance à sa majorité.

Dès leur toute petite enfance jusqu’à leur entrée dans la vie active en passant par la prise en compte de leurs importants « temps libres », il importe désormais de garantir aux enfants et aux jeunes les conditions d’une progression accompagnée, d’une scolarité émancipatrice ainsi que d’une continuité et d’une cohérence éducatives...
Les parents sont les « fils rouges » du parcours de leurs enfants à travers la succession mais aussi la coexistence des différents espaces-temps qui le jalonnent.
Aujourd’hui, l’appel au développement du « pouvoir d’agir des habitants », notamment dans le champ de la politique de la ville, fournit une occasion particulièrement stimulante de ne pas oublier que les parents, mais aussi les enfants et les jeunes, sont également des habitants. On devrait donc être en mesure d’inviter à la table ronde du projet co-éducatif, aux côtés des parents et des professionnels de l’Education nationale, tous les autres acteurs, notamment municipaux et associatifs, susceptibles d’y faire valoir l’importance de leurs rôles respectifs dans une perspective d’éducation globale. Et ceci à l’initiative, notamment, des élus locaux.

Pourtant, à l’heure où dans un très grand nombre de communes et d’intercommunalités se déploie la première génération des Projets éducatifs de territoire, trop peu nombreux sont les professionnels et les décideurs politiques qui semblent avoir pris conscience de la place qu’il convient d’y faire aux parents. Et, mieux encore, de la place qu’il importe de leur laisser prendre.

Dès lors, plutôt que de se cantonner à « soutenir la parentalité » de quelques-uns, l’urgence n’est-elle pas de prendre en considération la condition parentale de tous ?

Ne s’agit- il pas de tenir compte de l’expertise d’expérience et d’usage qu’ils détiennent collectivement, ainsi que leurs enfants, sur leur territoire de vie ?

De créer avec eux les alliances éducatives, pertinentes, efficaces et coordonnées, qui permettront de doter celui-ci des caractéristiques d’un territoire éducatif ?


Mobiliser et fédérer parents, professionnels et décideurs concernés par ces nouveaux enjeux, et les doter d’outils et de méthodes leur permettant de remanier en conséquence tant leurs « postures » mutuelles que les « dispositifs » auxquels ils participent : telles sont les finalités du cycle de qualification que le CRPVE, avec la contribution de l’AFEV et d’ATD Quart Monde, propose sur une journée de lancement et trois demi-journées thématiques, de novembre 2015 à février 2016, sous le titre : « Faire place, prendre place – Du « soutien à la parentalité » aux alliances co-éducatives entre parents et professionnels ».

Frédéric JÉSU, consultant (politiques sociales, familiales et éducatives locales), ex pédopsychiatre de service public, vice-président de DEI-France (section française de Défense des Enfants International).
Centre de Ressources Politique de la Ville en Essonne - Association Loi 1901
Retrouvez l'agenda complet sur le site Internet du CRPVE en cliquant ici
CRPVE, 1 bd de l'Ecoute-S'il-Pleut, 91000 EVRY - 01 64 97 00 32 - www.crpve91.fr